La toxine botulique

En résumé

Durée d'intervention

15mn à 30mn

Type d'anesthésie

Aucune

Type de séjour

Aucun

Durée de convalescence

Aucune

Définition

La toxine botulique ou botulinique, plus connue sous le nom de Botox© est un médicament connu depuis longtemps qui possède de très nombreuses indications médicales dans de nombreuses spécialités,  notamment en ophtalmologie, neurologie, ORL, gastro -entérologie.
Ses propriétés de relaxation musculaire ont été détournées de son usage purement médical pour en faire un outil de médecine esthétique notamment pour traiter les signes de vieillissement du visage.

Avec l’âge, les muscles de la face, ont tendance à se tonifier, et à rester souvent contractés même au repos. Cette contraction chronique, répétée, de ces muscles amarrés à la peau, est responsable de l’apparition des rides d’expression et de la mimique.
En agissant sur la jonction neuro-musculaire, la toxine botulique va diminuer le tonus de ces muscles au repos et non pendant le mouvement.  Ce qui permet d’atténuer voire de faire disparaître les rides au repos tout en préservant la mobilité musculaire responsable de la mimique et de l’expression propre à chacun.

La difficulté pour le chirurgien esthétique réside donc dans un dosage minutieux, sans excès, veillant à respecter l’équilibre musculaire du visage afin d’obtenir un résultat harmonieux en évitant de donner un air figé.

Véritable révolution dans le traitement du vieillissement facial du haut du visage, le botox présente un double intérêt, curatif pour traiter les rides existantes, mais également préventif en retardant l’arrivée des rides.

Indications

La toxine botulique dans son application esthétique permet de traiter la majorité des rides d’expression et de la mimique. Elle est surtout indiquée au niveau du visage et du cou.

Le tiers supérieur du visage

Il s’agit de l’indication classique et la plus fréquente de la toxine botulique. Elle permet de traiter :

  • Les rides horizontales du front
  • Les rides du lion, entre les sourcils (lors du froncement des sourcils)
  • Les rides de la patte d’oie, aux coins des yeux (au sourire, au rire)
  • D’améliorer la position des sourcils, en remontant leur tiers externe et en ouvrant le regard (notamment chez la femme jeune)

Le tiers moyen du visage

Utilisé moins fréquemment que pour le tiers supérieur du visage, la toxine botulique permet de traiter :

  • Un sourire gingival=> limite l’ascension de la lèvre lors du sourire et limite ainsi l’exposition des gencives au sourire.
  • Les rides du nez, encore appelées rides du lapin ou bunny wrinkles => rides autour du nez pouvant apparaitre au sourire ou dans certaines expressions. Ou encore lorsqu’il existe des mouvements de la pointe du nez à la parole.

Le tiers inférieur du visage et le cou

Les injections de toxine botulique permettent de corriger :

  • Les plis d’amertume ou rides des marionnettes (= chute des coins de la bouche), responsable d’un air sévère. L’injection de botox est souvent associée à ce niveau à une injection d’acide hyaluronique afin de réhausser les coins de la bouche.
  • Les rides verticales des lèvres (rides solaires ou codes-barres des lèvres)
  • Une hypertrophie des muscles masseter (responsables de l’aspect de grosses joues)
  • L’aspect irrégulier, froissé du menton, avec d’excellents résultats.
  • Les rides, les cordes du cou (ou phanons) : bonne amélioration des bandes platysmales (bandes du cou) si ces dernières sont peu marquées.

Les contre-indications aux injections de toxine botulique

Il est important de signaler à votre chirurgien tous vos antécédents lors de la consultation, afin d’éliminer une éventuelle contre-indication :

  • Une grossesse, un allaitement
  • Une maladie neuromusculaire (myasthénie, Syndrome d’Eaton Lambert) ou auto-immune
  • Une allergie, une hypersensibilité connue à la neurotoxine botulinique A ou au sérum-albumine
  • Un traitement par des aminosides (famille d’antibiotiques)
  • Un herpès, une infection dans la zone de traitement
  • Une injection trop récente (moins de 3 mois)

Objectifs

  • Atténuer, effacer des rides au repos
  • Donner l’apparence d’un visage rajeuni mais sans excès
  • Lisser la peau, redonner un coup d’éclat
  • Corriger un air fatigué, un air sévère, crispé, tendu
  • Donner un air reposé
  • Traiter un complexe
  • Prévenir, ralentir les signes de vieillissement facial (Baby botox)

La consultation

C’est un moment privilégié qui vous permet d’exprimer vos demandes, vos interrogations et vos attentes.
Le Dr. Nicolas ISOLA sera heureux de vous accueillir dans son cabinet afin de vous apporter son expertise et vous aider dans la réalisation de votre projet.

La technique

Le traitement est réalisé au cabinet. Aucune anesthésie n’est généralement nécessaire car la procédure est très peu douloureuse. Dans de rares cas une crème anesthésiante, de type EMLA, pourra vous être prescrite et sera à appliquer 30 min avant le geste.

Après avoir démaquillé et désinfecté la peau du visage, l’ensemble les zones à traiter est défini, des repères précis sont placés au stylo dermographique en regard des muscles cibles. Puis les injections sont réalisées au niveau des repères à l’aide d’aiguilles très fines (microaiguilles).

Tout au long de la procédure, votre chirurgien esthétique veille à respecter les balances musculaires, en traitant plusieurs zones en mêmes temps (front, patte d’oie, glabelle, rides du nez etc…), afin d’obtenir un résultat naturel, homogène.

A savoir, que lorsqu’un patient effectue sa première séance d’injection de toxine botulique, il est préférable d’être modéré sur la quantité de produit injecté, afin d’éviter les risques de surcorrections. Les résultats seront affinés au cours des séances suivantes.

Il est fréquent de réaliser des injections d’acide hyaluronique au cours de la même séance afin de compléter le résultat notamment sur l’étage moyen ou inférieur du visage.

Les étapes

Avant l’injection

  • Une consultation préopératoire avec votre chirurgien esthétique est nécessaire, afin de déterminer le plan de traitement qui répondra au mieux à vos attentes et de déceler les éventuelles contre-indications.
  • Une fiche d’information récapitulative vous est remise.
  • Réalisation de photographies préopératoires (en statique et en dynamique).
  • Signature d’un consentement éclairé et d’un devis détaillé.

Les consignes :

  • Arrêt de tout traitement anticoagulant, antiagrégant (aspirine) ou anti-inflammatoire minimum 7 jours avant l’injection.

Lors de l’injection

Au cabinet (sauf en cas d’association à une chirurgie)

Désinfection, démaquillage, repérage des zones à traiter

Aucune anesthésie n’est généralement nécessaire (aiguille très fine)

La durée de l’injection est de 15 min à 30 min (selon le nombre de zones et de gestes associés)

Après l’injection

  • Sortie immédiatement après le geste (pas besoin de surveillance).
  • Pas de douleur, pas de nécessité de soins locaux.
  • Juste après l’injection, un léger inconfort peut être ressenti, un œdème, une rougeur au point d’injection, une légère ecchymose (rare) peuvent apparaître. Ils disparaissent rapidement.
  • La reprise de toutes les activités est immédiate.
  • Aucune convalescence, ni éviction sociale n’est nécessaire.
  • Remaquillage autorisé immédiatement après le geste.
  • La contraction (trois fois par jour et pendant environ 5 secondes) des muscles traités est recommandée.
  • Éviter de masser les zones traitées.
  • Éviter le port d’un casque, d’un chapeau ou d’un bonnet serrés dans les 24h qui suivent.
  • Éviter de s’allonger, de faire du sport, de s’exposer à des sources de chaleurs (bronzage, sauna ou hammam) dans les 2 heures suivant l’injection.
  • Le suivi est assuré par le Dr ISOLA, avec un rendez-vous de contrôle à 15 jours.
  • Les effets sont progressifs et débutent dès le 3eme jour. Ils peuvent être variables durant les 2 premières semaines, avec parfois de petites asymétries qui se stabilisent ensuite au 15eme jour. Les résultats définitifs sont donc appréciables vers le 15eme jour.

Tarifs

A partir de  350 €.
Le tarif varie en fonction du nombre de zones à traiter, de la quantité de produit nécessaire, de l’association à d’autres gestes (acide hyaluronique)…

FAQ

Les injections de toxine botulique à visée esthétique ne sont pas prises en charge par la Sécurité Sociale et la mutuelle.

Depuis ces deux dernières décennies, des patients de plus en plus jeunes, généralement à partir de 25 ans, ont recours à la toxine botulique. Ce phénomène est connu sous le nom de « Baby Botox ».

Les études ont montrées que la diminution contrôlée de la force des muscles d’expression permettaient de prévenir, de retarder l’apparition des rides. La technique repose donc sur des injections de toxine botulique en quantité moindre qu’une technique classique.

Elle s’adresse aux patients jeunes, ayant des ridules ou des rides (front, rides du lion, patte d’oie) peu profondes mais légèrement visibles. Souvent associée aux skinbooster,  cette solution permet de donner un coup d’éclat, d’adoucir et de rajeunir le visage, d’améliorer la qualité générale de la peau, avec un résultat totalement naturel sans altération des expressions du visage.

La toxine botulique ne présente quasiment aucun risque chez des patients n’ayant pas de contre-indications. Elle ne peut pas entraîner de dommages graves, et ils sont toujours réversibles (action temporaire de la toxine)

Lors des premières séances, quelques maux de tête (céphalées) peuvent survenir lors des premiers jours, et disparaissent spontanément. De même une ecchymose et/ou une rougeur au point d’injection peuvent survenir mais sont toujours résolutifs.

Une exceptionnelle petite asymétrie de quelques millimètres (sourcil ou paupière), qui se corrigera au bout de quelques jours ou semaines. Un éventuel « Méphisto » (sourcil en accent circonflexe), par hypercontraction du frontalis est facilement corrigeable.

Les intolérances sont exceptionnelles et se traduisent par une inefficacité du produit.

Ces effets indésirables sont donc exceptionnels lorsque les injections sont pratiquées par un chirurgien esthétique qualifié.

Dans l’objectif d’une prise en charge globale du visage, il est fréquent d’associer de l’acide hyaluronique au botox en médecine esthétique. Le but étant de détendre en premier lieu les muscles faciaux puis de combler au besoin les rides persistantes.

Par ailleurs, les études ont montré que les effets des 2 produits sont complémentaires et se potentialisent. De plus, cela permet de diminuer le nombre de seringues d’acide hyaluronique qui aurait été nécessaire par rapport à un traitement par acide hyaluronique seul.

Le botox peut être également utilisé lors d’une intervention de chirurgie esthétique du visage ou pour entretenir son résultat (lifting du visage et du cou, mini-lifting, blépharoplastie, etc.).

Le traitement de l’hypersudation, transpiration excessive : aisselles, mains, pieds, cuir chevelu, etc.
Les ridules du décolleté
Le scrotum (scrotox), traitement de l’hypercontraction des muscles du scrotum (dartos et crémaster)

Les toxines botuliques  de type A commercialisées sous  les  noms  de Azzalure©, Bocouture©, Vistabel© ont reçu l’autorisation de mise sur le marché (A.M.M) dans un but esthétique en 2003.

Il faut donc se méfier des personnes proposant ce type d’intervention à des prix défiant toute concurrence avec des produits non AMM et des traitements pratiqués en dehors des cabinets médicaux reconnus. Les spécialistes autorisés à pratiquer les injections de botox sont les chirurgiens plasticiens, chirurgiens de la face et du cou et dermatologues.

Non. Lorsque la ride est marquée, creusée, l’association d’une injection d’acide hyaluronique à l’injection de botox peut être nécessaire afin de traiter cette dernière.

Dans les cas, où les rides sont trop profondes, ou lorsque l’excès cutané est trop important seule la chirurgie pourra apporter une solution efficace.

La toxine botulique fait effet au bout de 3 à 7 jours, mais les résultats définitifs ne sont appréciables qu’à partir de 10 à 15 jours.

Le résultat dure entre 4 et 6 mois.

Il est donc conseillé de réaliser des injections de Botox deux à trois fois par an afin d’entretenir le résultat. Avec le temps, le résultat se stabilise (souvent après la 3eme séance) et le délai de réinjection est de plus en plus espacé. Dans tous les cas, il ne faut pas rapprocher les séances à moins de trois mois pour ne pas créer de résistance à la toxine botulinique.

Une diminution d’efficacité peut survenir au bout de plusieurs années, en cas de traitement avec la même marque. Dans ce cas il peut être conseillé de changer de marque tous les 3 à 4 ans.

Autres interventions de médecine esthétique

L'acide hyaluronique

La rhinoplastie médicale

Peeling

Traitement de l'hypersudation