Gynécomastie

En résumé

Durée d'intervention

1h30 à 3h

Type d'anesthésie

Générale

Type de séjour

1 à 2 nuits d'hospitalisation

Durée de convalescence

15 jours

Définition

La gynécomastie, est définie par la présence anormale de glande mammaire chez un homme.
Elle se caractérise par un aspect de seins chez l’homme qui est souvent mal vécu et peut engendrer un complexe avec un retentissement psychologique et social.
Elle peut être douloureuse, unilatérale ou bilatérale et être de sévérité variable allant du petit bourgeon mammaire à la véritable hypertrophie.
Les causes peuvent être multiples (hormonales, médicamenteuses, pubertaires, cancer etc…). Mais le plus souvent elle est idiopathique c’est à dire sans cause retrouvée.
Il est donc important, avant d’envisager tout traitement chirurgical, de réaliser un bilan étiologique complet (endocrinien et radiologique) pour éliminer toute cause secondaire bénéficiant d’un traitement spécifique.

On différencie deux types de gynécomastie :

  • La gynécomastie « vraie » ou « glandulaire » avec la présence avérée de glande mammaire retrouvée à la clinique et à l’imagerie
  • L’adipomastie ou gynécomastie « graisseuse », où l’aspect de sein est dû à l’accumulation locale de graisse, sans glande mammaire retrouvée cliniquement ou à l’imagerie.

Le cas le plus fréquent étant une association des deux appelé adipo-gynécomastie (glande mammaire plus graisse).
Le traitement chirurgical d’une gynécomastie est fréquent en chirurgie esthétique. Il diffère selon le type de gynécomastie, mais le terme le plus souvent utilisé pour décrite l’ensemble de ces interventions est celui de cure de gynécomastie.

Indications

Une intervention chirurgicale esthétique est recommandée lorsqu’il n’est pas retrouvé de cause au bilan étiologique.

Elle est alors indiquée chez les patients qui présentent une gynécomastie disgracieuse entraînant un complexe, un mal être dans leur vie quotidienne, une gêne vestimentaire.

Dans le cas d’une adipomastie, une éventuelle surcharge pondérale devra être prise en charge avant d’envisager une intervention chirurgicale, avec au besoin le recours à un nutritionniste.

Objectifs

  • Retrouver un thorax d’aspect masculin
  • Réduire le volume mammaire et l’excédent cutanéo-graisseux
  • Diminuer voir traiter des douleurs pouvant accompagner la gynécomastie
  • Faciliter le port de vêtements près du corps
  • Redonner confiance en soi et améliorer l’image de soi dans la vie de tous les jours
  • Permettre la reprise de sport collectif en traitant un complexe

La consultation

C’est un moment privilégié qui vous permet d’exprimer vos demandes, vos interrogations et vos attentes.
Le Dr. Nicolas ISOLA sera heureux de vous accueillir dans son cabinet afin de vous apporter son expertise et vous aider dans la réalisation de votre projet.

La technique chirurgicale

Elle est le plus souvent réalisée sous anesthésie générale, avec une hospitalisation d’une nuit. Une chirurgie ambulatoire peut être envisagée chez certains patients.

La technique opératoire va varier en fonction du type de gynécomastie.

En cas de gynécomastie glandulaire pure, sans excès de graisse, une incision est réalisée au bord inférieur de l’aréole qui permettra de retirer la glande mammaire. Cette technique peut dans certains cas être effectuée sous anesthésie locale.

En cas d’adipomastie (gynécomastie purement graisseuse), une liposuccion au niveau du thorax est souvent le traitement de choix et peut être réalisée en ambulatoire.

En cas d’adipo-gynécomastie (graisse et glande), cas de loin le plus fréquent, une association des deux techniques (liposuccion et excision glandulaire) est nécessaire afin d’obtenir un résultat harmonieux.

Dans les cas d’excès cutané important, notamment après amaigrissement massif, une technique beaucoup plus complexe devra être effectuée, associant aux gestes précédemment décrit des incisions cutanées permettant de retirer la peau en excès, voire des techniques de greffes avec repositionnement d’aréoles.

L’analyse anatomopathologique de la glande mammaire retirée est systématique.
Il est donc indispensable de s’adresser à un chirurgien esthétique spécialiste en gynécomastie pour obtenir une prise en charge optimale.

Les étapes

Avant l'intervention

  • Le poids doit être stable avant et après l’intervention, garantissant ainsi un résultat pérenne dans le temps.
  • Deux consultations préopératoires avec votre chirurgien plasticien sont nécessaires, afin de déterminer la technique opératoire qui répondra au mieux à vos attentes. Un délai de réflexion de minimum 15 jours entre les deux consultations doit être respecté.
  • Une fiche d’information récapitulative de l’intervention vous est remise.
  • Une mammographie/échographie, et un bilan hormonal devront être réalisés afin d’éliminer une cause secondaire (si ce dernier n’a pas déjà été initié par le médecin traitant ou l’endocrinologue).
  • Réalisation de photographies préopératoires.
  • Prescription d’un bilan biologique sanguin.
  • Signature d’un consentement éclairé et d’un devis détaillé (s’il s’agit d’une chirurgie esthétique, non prise en charge).
  • Une consultation avec le médecin anesthésiste au minimum 48 heures avant l’intervention. (Amenez vos résultats du bilan biologique sanguin effectué la semaine précédente).

Les consignes :

  • Arrêt du tabac et de la cigarette électronique 1 mois avant et 1 mois après l’intervention.
  • Arrêt de tout traitement anticoagulant ou antiagrégant (aspirine) minimum 10 jours avant.
  • Achat d’un vêtement de contention type « boléro », à amener le jour de l’intervention.

Le jour de l'intervention

Visite préopératoire de votre chirurgien et réalisation des dessins avant l’intervention.

Elle s’effectue sous anesthésie générale.

La durée opératoire est de 1h à 3h (selon les gestes associés).

Des drains peuvent être mis en place.

Mise en place de pansements siliconés sur les cicatrices et du vêtement de contention en fin d’intervention.

Après l'intervention

  • L’hospitalisation est de 1  nuit en moyenne. Dans certains cas, l’intervention peut être faite en ambulatoire.
  • Le lever et la mobilisation se font le jour même
  • Les drains sont habituellement retirés le jour de la sortie.
  • Un œdème  (gonflement) des ecchymoses (bleus) sont observés. Ils disparaissent à partir d’un mois.
  • La douleur à type de tension et de courbatures est habituellement peu importante et est calmée par des antalgiques simples.
  • Des soins locaux au niveau des cicatrices sont à réaliser pendant 15 jours à 3 semaines. Les cicatrices ne devront pas être exposées au soleil pendant 1 an.
  • Le vêtement de contention est à porter 4 à 6 semaines, nuit et jour.
  • La douche est autorisée dès le lendemain de l’intervention.
  • Les bains sont interdits pendant 1 mois et ne sont autorisés qu’après cicatrisation totale.
  • La conduite automobile est autorisée à partir de 7 jours (sur de courts trajets).
  • Un arrêt de sport de 6 semaines est nécessaire.
  • Une convalescence de 1 à 2 semaines est recommandée.
  • Le suivi est assuré par le Dr ISOLA, avec un premier rendez-vous post opératoire prévu à 2 semaines, puis à intervalles réguliers pendant 1 an.
  • Les résultats sont appréciables à partir de 3 à 6 mois et définitifs à partir de 1 an.

Tarifs

A partir de  1200 € en cas de prise en charge par la sécurité sociale.
Le tarif varie en fonction de la complexité et de la durée de l’intervention.
Si l’intervention n’est pas prise en charge par l’assurance maladie, il faut ajouter au tarif les frais de bloc opératoire (anesthésie) et les frais de la clinique.

FAQ

Dans le cas, d’une gynécomastie avérée (présence de glande mammaire), l’intervention peut être prise en charge par la Sécurité Sociale. Les compléments d’honoraires seront remboursés totalement ou partiellement selon votre mutuelle.

Dans le cas d’une adipomastie pure (sein graisseux sans glande mammaire), il s’agit d’une intervention esthétique non prise en charge par la Sécurité Sociale.

Ils sont rares. Mais comme tout acte médical et chirurgical, cette intervention peut comporter des risques. Nous citerons ici les principaux :

  • Complications précoces : un saignement, un hématome, un sérome, une infection, une nécrose cutanée pouvant nécessiter une reprise chirurgicale.
  • Complications tardives : des cicatrices disgracieuses (hypertrophiques), un retard de cicatrisation prolongeant les soins locaux mais toujours résolutif. Une diminution de la sensibilité de la poitrine.

Bien entendu, votre chirurgien prend toutes les précautions nécessaires à chaque étape de votre prise en charge pour limiter au maximum ces risques.

Pour être éligible à une adipomastie, il faut se rapprocher au maximum du poids de forme afin d’obtenir un résultat optimal. Il faut donc veiller à ce que votre IMC (Indice de Masse Corporel) soit inférieur à 30 kg/m2.

NB: L’indice de masse corporelle est calculé en divisant le poids par la taille au carré, Si l’IMC > 30 kg/m2 on parle d’obésité.

Non. Ni le sport, ni un régime alimentaire ne permettent de se débarrasser de la gynécomastie idiopathique (sans cause retrouvée). Le traitement est uniquement chirurgical.
Dans le cas d’une adipomastie pure, le sport et un régime adapté peuvent améliorer les choses. Mais le recours à une chirurgie est souvent nécessaire.

A la fin de la puberté à partir de 18 ans, pas avant.
La gynécomastie pubertaire, physiologique est très fréquente. Elle apparaît chez le garçon au moment de la puberté et est due à un déséquilibre hormonal (oestrogène). Mais elle est le plus souvent temporaire et disparaît à la fin de la puberté.
Si elle n’est pas résolue à l’âge adulte, un bilan endocrinien et radiologique s’impose en premier lieu et ce avant d’envisager toute chirurgie.

En cas d’exérèse glandulaire une cicatrice hémi-périaréolaire inférieure est nécessaire et est, en général, très discrète.
En cas de lipoaspiration seule, une à plusieurs petites incisions de 3 mm seulement sont nécessaires.
L’adipo-gynécomastie associe ces deux types de cicatrices.
En cas d’excédent cutané important, la cicatrice pourra s’étendre sur tout le pourtour de l’aréole et horizontalement de part et d’autre de l’aréole ou au niveau du bord inférieur des pectoraux.

Le résultat est le plus souvent définitif. Toutefois, la gynécomastie peut récidiver en cas de variations pondérales importantes ou de trouble hormonal.

Autres chirurgies de l'homme

Rhinophyma

Liposculpture abdominale

Lifting du scrotum